Si on déguisait la ville ?

Si on transformait ensemble le parcours du Grand Défilé pour annoncer le Carnaval de Toulouse ?
C’est le pari qu’ont relevé, pour la seconde édition, des habitants, associations, collectifs, écoles et/ou artistes toulousains. Ainsi pourrez-vous arpenter les rues de la ville et découvrir leurs propositions. À partir du thème du confetti, chaque installation s’empare de l’espace public comme une rumeur graphique contaminant la ville par des atours festifs, fantasques qui redessinent les contours d’un circuit à part entière.
Le parcours allées Jean-Jaurès, Boulevard Carnot, rue de Metz, Saint-Cyprien est une artère qui esquisse le Carnaval arrivant… Il vous suffit de vous y promener et de glaner au passage les rêveries, les évocations que suggèrent ces interventions urbaines.

riquet.jpglespaysagessonores2.jpgOlesmasques.jpganimauxenfête.jpgl'haleinedela-dragonne.jpgaugustins-1.jpgrondeurdepluie.jpgdélitsurbain.jpgfilaslipapois3.jpgpompons-9.jpgpompons-7.jpgcabine-11.jpglesfaitsmousse.jpgcyklos-2.jpgles-allégories.jpgopérationmaquillage.jpgabattoirs-18.jpg

planinstalmodif

SAMEDI 30 MARSLancement de l’opération «Si on déguisait la Ville ?»
12 h
 : TRANSFORMATION DE LA CABINE TÉLÉPHONIQUE (26, rue des Marchands).
Action participative et ouverte à tous.
14 h à 16 h : VENEZ RENCONTRER LES CRÉATEURS devant leur installation.
14 h et 14 h 30 : BALADE À VÉLO : La Maison du Vélo vous invite à suivre à vélo le parcours des 17 installations. Deux départs prévus à la Maison du vélo, 12, Boulevard Bonrepos à Toulouse. (Réservation au 05 34 40 64 72)
14 h : BALADE À PIEDS : Rendez-vous au niveau de la statue Pierre-Paul Riquet.
17 h : VERNISSAGE DE TRICOPARASITE VERSICOLORE au jardin Raymond VI
(Jardin des Abattoirs) en présence des participants, d’Hélène Durand, de la Boîte à Outils.
et de son vélo Sound Sytem « Tchic Boum Boum ».

1. Statue Pierre-Paul Riquet – « Le plus beau pour aller danser »
Installation réalisée par Neva et Jacky Gotthilf, artistes engagés, bénévoles depuis 2003 auprès
des Petits Frères des Pauvres. Au sein de cette association toulousaine, ils initient des ateliers
de création en arts visuels dont l’atelier Art Media composé de personnes âgées de 60 à 90 ans qui participent à cette installation.

2. Place d’Arménie – « Les paysages Sonores »
Né d’échanges avec un groupe d’adultes du pôle formation de l’Institut des Jeunes Aveugles, ce projet,  encadré par Nathalie Muratet, deux plasticiennes, Silvia Cannata et Maëva Longvert et soutenu par l’association Solidarité bouchons31, a été présenté au Centre Pierre Baudis et à l’Institut des Jeunes Aveugles. Autour de la thématique des saisons, la partie présentée ici porte sur l’été. À partir de bouchons, apparaissent des poissons, pieuvre et monstres marins.

3. Place d’Arménie – « Ô les masques ! »
Différentes structures (le Cercle Laïque Jean Chaubet, les CLAE Jean Chaubet et Jean Rieu, La boîte à Lutins, La Cie Caravole et l’association de loisirs Bonhoure) préparent le carnaval de quartier Jean Chaubet le 20 mars et réinvestissent les décorations créées pour cette occasion sur les arbres de la place d’Arménie.

4. Boulevard Carnot – « Animaux en fête »
L’ASEC, association qui aide les enfants, du primaire au lycée, à faire leurs devoirs, monte également des projets socio-éducatifs à destination des 7 à 18 ans. Les enfants réalisent des sculptures d’animaux en papier mâché accrochées dans les arbres situés au bas de la rue Gabriel Péri, à son croisement avec le boulevard Carnot.
Avec la participation de la costumière Sophie Morot-Gaudry.

rondeurdepluie5. Square du musée des Augustins, rue de Metz – « Rondeur de pluie »
Cette pluie de confettis dressée entre les arbres, conçue par un groupe de créatrices – Christelle Pouysegur, Silvia Cannata, Zélila fourt, Julie Breand, Mélanie Salmon – rappelle le prolongement entre la création humaine et les éléments naturels toujours en cours de transformation, comme le symbole de notre immersion constante dans le mouvement, la ville et la nature.

6. Square du musée des Augustins, rue de Metz – « L’haleine de la dragonne »
Véritable tableau autour d’une dragonne, de multiples éléments réinventent le jardin du square
des Augustins. Le collectif auteur de cette installation (Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale de Fages, du Touril, de Vélane et la MJC du Pont des Demoiselles) utilise de nombreux supports pour cette installation : street tricot, matériaux de récupération, papier mâché.

Délit-surbain7. Esquirol (conteneurs poubelle) – « Délit Surbain »
Cette installation malicieuse, créée par Kput et Acet, mêle le visuel d’un mandala et des conteneurs poubelle : « Le mandala représente pour nous l’énergie positive et universelle. Elle se trouve partout et en chacun de nous. De loin, nous apercevons des cercles de couleur sur les conteneurs et quand nous  nous approchons, des détails apparaissent et nous invitent au voyage ».

8. Place Esquirol – « Filaslipapois »
Anita Gordon, couturière toulousaine, propose un clin d’œil carnavalesque sur la place Esquirol en dressant des guirlandes de sous-vêtements entre les arbres. Un accrochage affectueux de nos intimités cachées dans nos tiroirs rendues visibles le temps des festivités.

9. Rue de Metz – « Confettis »
À la manière d’une entreprise, le but des deux artistes Marie-Johanna Cornut et Marie Sirgue vise à obtenir le meilleur rendement de chaque objet pour en extraire le plus de confettis possible. Vidés de leurs formes, de leurs matières, ces résidus sont poinçonnés jusqu’à les mettre en lambeaux. Entre le filet de camouflage et le napperon en dentelle, ces déchets sont le souvenir de cette action passée.

10. Croisement avec la rue des marchands et la rue de Metz – « La ville se pomponne ! » Inspiré de la coutume de Pâques « Osterbaum » pendant laquelle les allemands installent des œufs peints dans les arbres, tels des fruits symbolisant le retour de la chaleur, des pompons de laine évoquent ici les futurs confettis du Carnaval.
Avec la participation de la maison de retraite Sainte Monique, des CLAE Jean-Jaurès et Ernest-Renan et du café culturel Chez Ta Mère.

cabine11. Croisement rue des marchands et rue de Metz – « Round about »
Venez recouvrir la cabine téléphonique de gommettes adhésives le samedi 30 mars à 12 h pour que, telle une rumeur graphique, elle annonce les proches festivités du Carnaval de Toulouse.

 

 

 

 

mousse12. Vitrine de graphigro – « Les Faits Mousse »
Les « Faits Mousse » sont des créations végétales en suspension. Attiré par l’envie de voir des « plantes volantes », Julien Marty, artiste toulousain, imagine des plantes sans pot.
Cyklos13. Château d’eau – « Cyklos »
Cyklos est une installation réalisée par Basile Harel et Maëva Longvert sur un arbre du parc du Château d’eau. Les modules de formes organiques sont constitués de roues de vélo recouvertes partiellement de textile. Avec le soutien de La Maison du Vélo et de La Glanerie.

 

 

 

 

14. Château d’eau – « Les Allégories de plein vent »
Alice Pavillet, membre de l’association « le Flâneur à l’affût », invite des centres, des écoles et des associations à détourner quatre moulages en plâtre, à les colorer et à s’approprier ces sculptures autour du thème « Faîtes des confettis ! ».
Avec le soutien et la participation de la crèche municipale République Saint-Cyprien, Adel Café social, la Maison de retraite Sainte Monique, La Juponnerie, l’espace social du Grand Ramier et Bi-Pôles31.

15. Vitrines des commerçants – «Qui est monsieur carnaval ?»
Les élèves d’écoles primaires imaginent des portraits de M. Carnaval, qui il est et ce qu’il représente pour eux en 2013.
Avec la participation des commerçants sur le parcours du défilé, d’écoles toulousaines et le soutien de Dynadoc.

operationmaquillage16. Place Olivier – «Opération Maquillage»
L’association Post Comfort, Rose Flamand et Jacob Camara-Descamps mettent à l’honneur des portraits d’habitants du quartier Saint-Cyprien. Ces portraits, revisités et transformés par les enfants du CLAE de l’école Lespinasse, fleurissent le temps du Carnaval de Toulouse.
tricoparasite17. Jardin Raymond VI / Abattoirs – «Tricoparasite Versicolore»
Hélène Durand et La Boîte à Outils proposent une relecture éphémère de la sculpture Agoraphobia de Franz West située dans le jardin Raymond VI à côté du Musée des Abattoirs. L’œuvre de 7 m de haut, recouverte de laine tricotée par une foule internationale, sera inaugurée le 30 mars à 17 h. Cette intervention-détournement s’inscrit comme un hommage à l’artiste autrichien dont l’œuvre interroge et divise les Toulousains.
Avec le soutien et la participation de : Atelier Double-Boucle, Cercle Laïque Jean Chaubet, maison de retraite Sainte-Monique et les EHPAD Repos, Bellefontaine, Tounis et Sept Deniers, groupe du Pôle Séniors (Ville de Toulouse), café associatif « Chez Ta Mère », Maison du Vélo, Amicale du CNED, les Gourouttes, hôpital MGEN, gîte Vélane, association Namtso, CHRS de la Maison des Allées, collectif mange-pomme (Ramonville), collège Montesquieu (Cugnaux),  le Pou Tricote (Strasbourg), Pentricotine.pdf (Concarneau), Vega & cie (Le Mans), association Cerise (Paris), Juno des (Jaipur/inde), les villes-laines (Montréal/canada), Maika & Iratxe (Bilbao), Imar (Madrid) et plus de 150 personnes en France et à l’étranger, qui réalisent des ouvrages de laine assemblés dans l’œuvre d’Hélène Durand.

18. Donjon de l’office de tourisme : Informations

 

 

Pour toutes informations :
Maëva Longvert, coordinatrice « Si on déguisait la ville ? »
Maeva.longvert@gmail.com
T. 06 77 95 16 04

Comments are closed.


Rejoignez-nous





Revivez le Carnaval de Toulouse 2014